Le souffle encombré

C’était le souffle encombré
Des roches dans les bronches
Mises en travers de l’hiver
Le souffle encombré
Vibrant encore comme l’été
Chuchote sur les champs de blé

C’était la voix qui se voile
Se brise aux éclats
De quelques rires dans le froid
La voix qui se voile
Mais chante encore dans les cœurs
Où couvent les braises d’un baiser

Vivre, autant que l’on peut vivre, autant que l’on est libre
Vivre au temps qui nous délivre, encore, encore, encore

C’était les arbres entravés
L’homme taille dans la sève
Qu’il verse sur le vert trempé
Les arbres entravés
Offrant encore leur allure
A l’homme si fier d’avoir l’air

C’était l’époque oubliée
Les yeux qui picotent
Dans le réveil des moissons
L’époque oubliée
A l’heure de bric et de broc
Mais les abeilles à foison

Vivre, autant que l’on peut vivre, autant que l’on est libre
Vivre au temps qui nous délivre, encore, encore, encore

C’était le corps qui s’accorde
Tout près de la scène
Pris de secousses en coulisses
Le corps qui s’accorde
Cédant encore aux élans
Allant dès lors aux délices

C’était l’envie qui chavire
La nuit sous le fard
Et ses paillettes en mémoire
L’envie qui chavire
Avant qu’encore un « je t’aime »
Vienne jeter l’ancre dans mes veines

Vivre, autant que l’on peut vivre, autant que l’on est libre
Vivre au temps qui nous délivre, encore, encore, encore

Revenir à la liste des textes

© sacem 2020