L’an passé

Ce n’est pas bien loin
L’an passé
Planqué dans un coin
Enfermé
Elle se sent un rien
Dérangée
Quand elle se souvient
L’an passé

Elle dit
Ce temps n’était pas sûr
Mais il dormait
(J’ai tant envie qu’il me rassure)
A mes côtés

S’il pouvait ne rien
Oublier
Elle attendrait bien
Des années
Mais elle se retient
D’y penser
Il est déjà loin
L’an passé

Elle dit
Ce temps n’était pas sûr
Et il m’aimait
(Pourtant il a dit « je t’assure »)
A tout jamais

Alors que tout vient
A passer
Bien moins de chagrins
Cette année
Elle se dit qu’un rien
Suffirait
Pour s’offrir quelqu’un
A aimer

Elle dit
Oui le temps des blessures
C’est du passé
J’attends
A nouveau ça c’est sûr
Mon homme, mon homme, mon homme…
Et le temps sera sûr
A ses côtés
Autant oublier les brûlures
De l’an passé

Comme elle se sent bien
Quand elle est
Sur d’autres coussins
Allongée
Il pose ses mains
Là tout près
Et elle ne veut rien
Déranger

Elle dit
Oui le temps des blessures
C’est du passé
J’entends
Qu’à nouveau je murmure
Mon homme, mon homme, mon homme…

Et le temps sera sûr
A ses côtés
J’entends
De très loin le murmure
De l’an passé

Ecoutez la version audio :


Enregistrement Michael Wookey / Mixage Sébastien Pasquet – 2015

Revenir à la liste des textes

© sacem 2012